Le service national universel débute sa période d’essai en juin

Dans 13 départements, 2 000 à 3 000 volontaires testeront le service national universel dès juin 2019. Voici ce à quoi ressemblera ce futur rite républicain pour les jeunes.
Les premiers volontaires prendront leur rang en juin. Le service national universel (SNU), promesse de campagne d’Emmanuel Macron, entrera dans sa phase de test dans 13 départements (Ardennes, Cher, Creuse, Eure, Guyane, Hautes-Pyrénées, Haute-Saône, Loire-Atlantique, Morbihan, Nord, Puy-de-Dôme, Val-d'Oise et Vaucluse). 
 
À partir du 5 mars, les candidat·e·s pourront s’inscrire auprès de leur lycée ou des préfectures (les modalités seront bientôt connues). Ensuite, les préfectures choisiront des jeunes de 16 à 18 ans aux profils variés (lycéen·ne·s, apprenti·e·s, salarié·e·s, valides et handicapé·e·s). 
 

Uniforme, drapeau et Marseillaise

 
En pratique, le SNU se déroulera en deux phases. La première baptisée « séjour de cohésion » durera 2 semaines. Réunis par 10 dans une « maisonnée » (dans un internat, une caserne ou centre de loisir), les jeunes seront encadrés par des tuteurs diplômés du Bafa. Ils seront vêtus d’uniformes, « mais pas en treillis », a assuré Gabriel Attal, secrétaire d’État à la Jeunesse en charge de ce projet. Ils commenceront la journée par un salut au drapeau et le chant de la Marseillaise puis suivront des modules de formation.
 
En groupe, ils assisteront à des interventions sur la défense et la sécurité, une initiation aux premiers secours et/ou au code de la route. Au programme également : sport, découverte du patrimoine culturel local, des services publics territoriaux, sensibilisation au développement durable, sessions d’information sur les « valeurs républicaines », la laïcité, l’égalité femmes/hommes… De façon individuelle, ils réaliseront des bilans de santé et de compétence. Ils seront aussi encadrés dans leur projet d’orientation et leur parcours pour la suite du service. 
 
Le SNU en 5 dates
5 mars 2019 : ouverture des candidatures 
16 juin 2019 : début de la phase de test
Juillet 2019 à août 2020 : premières missions d’intérêt général
À partir de 2021 : généralisation du SNU 
2023-2026 :  le SNU, devenu obligatoire, concernerait jusqu’à 750.000 jeunes par an
 

Missions d’intérêt général

 
Après cette étape, les jeunes effectueront une mission d’intérêt général de deux semaines consécutives ou 100 heures réparties sur un an. Ils seront alors accueillis au sein d’associations et/ou d’organismes publics, de clubs sportifs, maisons de retraite etc. Les stages en entreprise ont été exclus mais les jeunes pourront s’ils le souhaitent se consacrer à un projet spécifiquement créé dans le cadre du SNU. À la fin de ce dernier, ils pourront aussi s’engager pour une mission plus longue (étape facultative). 
 

Repérer les décrocheurs

 
Avec le SNU, le gouvernement compte renforcer la cohésion nationale en misant sur l’esprit collectif, l'accompagnement à l’orientation et le repérage des « décrocheurs ».  À terme, comme pour la journée du citoyen (JDC), avoir effectué un SNU sera nécessaire pour pouvoir se présenter aux examens ou entrer dans la fonction publique, a précisé Gabriel Attal, secrétaire d'État chargé de la mise en oeuvre du SNU, dans une interview au Point
 
L’autre point d’achoppement concerne la facture finale de ce projet, évaluée pour l’heure « 1 à 1,5 milliard d’euros par an » par le gouvernement. L’un des enjeux de la phase de test sera justement de mesurer l’encadrement nécessaire des jeunes et les coûts associés et d’évaluer les difficultés pratiques à trouver des missions pour chacun.  
 

Sources :

« Service national universel : mise en œuvre dans treize départements pilotes dès juin 2019 ». Gabriel Attal, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Communiqué du 17 janvier 2019  - www.education.gouv.fr 

 « Le service national universel n'est pas un service militaire », interview de Gabriel Attal Lepoint.fr publiée le16 janvier 2019– www.lepoint.fr 
 
« Rapport relatif à la consultation de la jeunesse sur le service national universel », Général Daniel Ménaouine, rapporteur du groupe de travail SNU, remis le 12 novembre 2018 www.ladocumentationfrancaise.fr

Marina Torre, 31/01/2019, marinatorre@cidj.com 

 

Vendredi, 1 Février, 2019